Sapin en plastique ou vrai sapin?



Une idée qui fait son chemin ferait du sapin en plastique un produit plus écolo qu'un vrai sapin, pour Noël, et pour cause : pour avoir un vrai sapin, il faut couper un arbre. Pas du tout écolo, ça... Mais bien sûr que si!
Couper un vrai sapin ou acheter un sapin artificiel?
Du point de vue bilan carbone, le vrai sapin est neutre : pendant sa croissance, il absorbe du dioxyde de carbone et le décompose en carbone et oxygène. 80% des vrais sapins vendus en France sont cultivés spécialement pour l'occasion de Noël, principalement dans le Morvan, dans les zones peu propices à l'agriculture traditionnelle. Une fois Noël passé, le sapin est coupé en copeau, éventuellement composté ou recyclé. Dans tous les cas, il libère petit à petit exactement la même quantité de dioxyde de carbone qui lui a été nécessaire pour se développer.

Pour le sapin en plastique ou en matériaux "artificiels", ce n'est bien évidemment pas pareil : on utilise des énergies fossiles pour fabriquer un produit par ailleurs difficilement recyclable, comme n'importe quel sac plastique ou bouteille de la même matière. Étant donné la longueur de la biodégradation de ce produit, l'énergie est en quelque sorte perdue pour toujours (au moins pour un très long moment). Étant donné également l'utilisation importante d'énergie pour la production et le transport des sapins artificiels, le bilan en gaz à effet de serre du sapin artificiel est lourd et néfaste pour l'environnement.

De plus, les vrais sapins de noël sont généralement plantés et coupés dans des pépinières, dont les possesseurs replantent vite d'autres sapins pour remplacer les précédents. Le cycle est donc bouclé : pour un arbre coupé, un autre est replanté. Au final, très peu d'énergie se perd tandis que l'équilibre carbone ou énergétique se maintient, ce qui est loin d'être le cas avec des sapins artificiels : si l'on continue à en fabriquer (principalement en Chine pour les usages occidentaux), les anciens finissent dans la majorité des cas à la décharge. A Noël, pour se montrer un peu écolo, n'hésitez pas à couper un sapin!



4 commentaires:

treizeamap a dit…

Si on veut parler bilan carbone il faut penser à celui des transports du lieu de production vers l'acheteur et de ceux de l'acheteur vers l'incinérateur. Ce qui alourdi le bilan carbone d'un sapin acheté chaque année. Et ces sapins sont probablement traités et entretenus avant la coupe, d’où du CO2 supplémentaire.

Carnégie a dit…

Comme indiqué dans l'article, la majorité des sapins véritables proviennent du Morvan, tandis que la majorité des sapins en plastiques proviennent de pays sud-asiatiques. Le coût du transport en CO2 est un argument, là encore, en faveur du vrai sapin! Quant au traitement éventuel par pesticide ou autre produit chimique, s'il m'est impossible de conclure catégoriquement, je le soupçonne néanmoins d'être, au pire, aussi polluant que les traitements des matières plastiques. Il est vrai que cet article ne prend pas (pas assez de place pour ça) tous les aspects qui permettraient d'établir un bilan complet, mais seulement ceux, les plus importants, relatifs à la fabrication. On peut être pointilleux, mais en l'étant, penses-tu réellement que la conclusion serait différente? ;)

FoxMaster a dit…

C'est pas forcément vrai, tout dépend du temps d'utilisation du sapin en plastique, dans mon cas j'en ai un depuis 16 ans, et il est comme neuf, le sapin naturel on le coupe et on replante, mais d'où vient la matière du sapin? Si la sapin pèse 12kg c'est 12kg de terre en moins à l'endroit de la plantation, il faut donc apporter petit à petit de l'engrais/terreau, et ça coûte aussi du CO2, car c'est 12kg à transporter par camion, sans compter les traitements, j'imagine mal une vache passer par là et déféquer sur le petit sapin une fois de temps en temps. Par contre le sapin naturel offre un refuge pour la faune et empèche les sols de glisser, mais ça on en parle pas :o

le vrai écolo ne fait pas de sapin de noel ;)

Unknown a dit…

Les sapin ne sont pas déraciner mais couper, apres le terrain est laisser en jachère le temps que la souche pourrisse ce qui fertilise la terre, je ne dit pas qu'il y a bien des traitements pesticides etc mais quand on sais que le plastique n'est pas vrmnt recyclable moi j'opte pr le naturel(enfin presque si on compte pas les traitements)

Enregistrer un commentaire