L'étalon italien, Rocky la star... du film (très) osé



Le célèbre interprète de Rocky Balboa, l'acteur Sylvester Stallone, est connu pour de grands films d'action tels Rambo, The Expandables, Assassins.... Beaucoup moins pour son premier film, une petite production soft-pornographique, l'étalon Italien.

Stallone, un étalon Italien ?
Ce film érotique réalisé par Morton Lewis en 1969, est sorti premièrement en 1970 sous le nom de "The Party at Kitty and Stud's" (Stallone y jouait le rôle de Stud, dont la seule passion était... le sexe). C'est le premier film du célèbre Rocky-Rambo, vraisemblablement tourné en désespoir de cause en période de vache maigre. Pour une durée de tournage de deux jours, Stallone eut pour la première fois son nom à l'écran, mais aussi et surtout, un salaire de 200 dollars.

A noter, le film, qui serait aujourd'hui, selon les mots-même de Stallone "sujets à être interdit aux enfants" comporte quelques scènes de sado-masochisme et une scène de groupe, dans laquelle la fiancée de Stud a invité quelques amies, ce dernier rendant physiquement "hommage" à chacune.

L'une des affiches d'un film embarrassant
Pour des raisons marketing, et après le succès planétaire de Rocky, le soft-porn fut renommé en "L'étalon Italien" (Stallone signifiant Étalon en Italien), le surnom même du personnage de fiction Rocky. Pour des raisons marketing également, nombre de commentaires ont insisté sur le caractère purement pornographique du film. Il en est devenu au fil du temps une légende urbaine, certains auteurs n'hésitant pas à qualifier de film pornographique, le premier film dans lequel Sylvester Stallone aurait tourné. C'est néanmoins un soft porn seulement, plus érotique que pornographique, bien qu'une version refaite auxquelles des séquences ajoutées, beaucoup plus osées, soit sortie par la suite.

Quoiqu'il en soit, c'est avant tout une petite épine dans la filmographie de Stallone, qui aurait bien aimé racheter les droits du film. A 100 000 dollars, toutefois, il considéra le prix de l'acquisition de ce "chef d'œuvre", tout comme le film, un peu osé.



0 commentaires:

Enregistrer un commentaire